Sélectionner une page

5. Technologie au service de population

Selon une affirmation du maire Labeaume, Québec n’est pas assez technologique. La Ville a intégré un programme de soutien destiné seulement aux startups technologiques. Comme la technologie n’est pas un but, mais un moyen, en mettant l’accent sur le développement des startups technologiques (développeurs), on fait en sorte de développer les moyens sans but précis. Le risque de cette stratégie est énorme, car le fait de produire des technologies en quantité démesurée fait en sorte que l’offre dépassera la demande, comme ce fut notamment le cas à l’époque de l’explosion du numérique en 2003 dans l’industrie de l’infographie.

Un autre problème est que les startups technologiques adaptent toujours les vieux modèles d’affaires financières. Leurs créations sont orientées vers un produit qui ne crée pas nécessairement une nouvelle expérience (service) autour d’eux. Par exemple, le programme FastTrac Tech, offert par Québec International, apprend à franchir les étapes stratégiques d’opérations de l’entreprise et les stratégies de recherche de capitaux. Encore une fois, on mise sur la gestion de l’entreprise et le marketing, mais pas sur le design des services basés sur la valeur pour le citoyen. Même si un produit est bien vendu et qu’on a du financement, cela ne garantit pas son existence à long terme, puisque l’initiative ne vient pas du besoin du citoyen. Elle n’est pas basée sur la valeur de la population. Les nouvelles startups technologiques démarrent leurs affaires dans l’inconscience du risque d’échec et la poursuivent, par la suite, dans l’endettement.

Puisqu’Internet et les technologies sont des outils indispensables pour la communication et le développement d’affaires pour tous, notamment pour les startups non technologiques. Je vois une stratégie plus gagnante pour  la Ville de Québec adopte des règles équitables pour tous, donnant accès au développement technologique des microentreprises et de la population. Autrement dit, peu importe si tu es développeur ou pas, tu es salarié ou en affaires, tu trouves de l’aide pour créer des outils technologiques et les tester sur place auprès des citoyens. C’est ainsi qu’on peut briser des silos entre les niveaux professionnels et créer de l’interconnexion et de la synergie entre les entrepreneurs, les développeurs et les citoyens.

 

6. Accessibilité

Selon les paroles du maire Labeaume présent à la conférence Ville intelligente, la fracture numérique de 19 % de gens (presque 1/5 de la population) présente un problème social très compliqué. « Il va falloir que ça change de génération en génération pour que ça change vraiment », dit-il. Comme la technologie n’est pas un but en soi, mais un moyen, on ne peut forcer les gens à adopter sa façon de faire et à l’utiliser si elle ne crée pas de valeur dans leur quotidien. Oui, encore une fois il est question de valeur. Les gens « novices » en technologies sont par ailleurs les meilleurs cobayes pour les produits innovants. Si on connaît le besoin et que l’on est créatif, on peut produire des outils innovants pouvant créer de nouvelles causes et de nouvelles opportunités pour la génération actuelle et les suivantes.

 

7. Retour sur l’investissement

La vision du retour sur l’investissement à court terme seulement fait en sorte que l’on produit des résultats à court terme sans savoir sur quoi ils sont alignés au juste. Est-ce que ces résultats seront encore utiles dans deux ans? La pensée à court terme, c’est un peu comme se lancer dans un tunnel sans lumière; on avance à petits pas en ayant peur de l’avenir et peur pour sa vie. C’est choisir de vivre en mode « survie ».

 

8. Conscience

En réfléchissant sur les points énumérés, je suis arrivée à la conclusion que la Ville de Québec vit une grande incertitude face à la crise économique, alimentée par une absence de vision globale et de compréhension générale de ce qu’est une ville intelligente. Elle n’est pas du tout consciente des risques profonds liés à l’avenir et elle essaie de se sortir d’une situation financière critique en investissant dans la production de technologies et dans la planification stratégique pour devenir la ville plus intelligente.

Mais dans le monde turbulent de l’Internet, de la globalisation et de l’incertitude, nous ne pouvons plus planifier comme avant. De l’époque de planification stratégique, nous passons à l’époque d’expérimentation, où chaque décision est basée sur un besoin précis de la société, en temps réel. Avant de planifier la gestion des profits des leviers offerts par la démocratie ouverte, la Ville de Québec plus intelligente pourrait plutôt commencer par bâtir cette démocratie, par briser le cycle vicieux de ses échecs numériques, en changeant ses pratiques et en créant de la valeur pour ses citoyens, la future communauté intelligente.

 

Pin It on Pinterest

Share This

Mieux anticiper les changements et créer l'impact pour votre entreprise

Téléchargez le premier chapitre du livre «Startup Plan» gratuitement et récevez nos astuces en innovation directement dans votre boite de réception!

Excellent! Un courriel précipite dans votre boîte de réception!

Gagnez une consultation gratuite (valeur de 90$) et une autre surprise qui vous attend!

Merci! Un courriel se dépêche à votre boite de réception! P.S. Au cas où, vérifiez votre spam ;-)

Téléchargez l'affiche Innovation vs Amélioration continue et recevez nos conseils pratiques en innovation gratuitement!

Dans le menu: 5 étapes pour développer votre projet surement et rapidement; les méthodes d'inoovation avancées expliquées pour les néophytes, les outils du marketing numérique, et encore plus!

Bravo!! Un courriel de confirmation se dépêche dans votre boîte de réception!